DOLOMITES du 12 au 18 juin 2019

LE CASFORT dans les Dolomites.

 

Le Club de l’Amitié et de la Solidarité de Fortschwihr, (le CASFORT) et ses amis, ont cette année, du 12 au 18 juin, refait pour la 3ème fois, un voyage de 7 jours dans les Dolomites. Des membres de la Chorale de Wickerschwihr et du Club les Selwerleckla de Muntzenheim ont pris part à ce voyage qui les a conduit à St Ulrich (Ortisei) 1247m d’altitude, dans le Val Gardena (Grödnertal) dans le Tyrol du Sud en Italie.

 

Organisé par le Président Jean-Pierre SCHREIBER, grand connaisseur de cette région depuis 1979, ce voyage a permis aux 42 participants de découvrir la beauté insoupçonnable de ces merveilleux paysages de hautes montagnes située en Italie au Sud du massif Alpin.

 

Mercredi le 12, c’est à 6h00 du matin, avec la pluie que l’autocar conduit par Patrick puis par Gilbert a quitté Fortschwihr. C’est après avoir la traversé de la Suisse et le passage dans le tunnel de l’Arlberg, qu’enfin le soleil est apparu. Après le déjeuner à Flirsch Am Arlberg, c’est par l’autoroute qui mène au col du Brenner que les vacanciers arrivent en Italie, dans la province autonome du Tyrol du Sud. Arrivé à St Ulrich, c’est à l’hôtel familiale Maria, situé dans la rue piétonne, que sont installé les participants pour les 6 nuits.

 

Jeudi 13, la journée était consacrée au tour du massif du Sella (3151m) en empruntant successivement les 4 cols, le Passo Gardena à 2120m, le Passo Campolongo à 1875m puis le Passo Pordoi ou le déjeuner a été pris à 2242 d’altitude. Après le déjeuner, tous ont profité pendant 1 heure du super panorama au Sud le massif de la Marmolada 3342m, à l’ouest le Rosengarten 3002m et le Langkofel 3181m qui domine le Val Gardena, Au nord l’imposant massif du Sella et à l’est le massif du Tofane 3243m et le Christallo 3151m qui domine la ville de Cortina d’Ampezzo. C’est par le col du Sella 2214m que se fait le retour dans le val Gardena en passant par les villages de Wolkenstein et de St Christina.

 

Vendredi 14, après avoir rejoint en autocar, Seiss am Schlern, c’est en télécabines que l’ensemble est monté au Seiseralm à 1800m d’altitude ou les attendaient des calèches pour les mener à la RAUCHHÜTTE pour le déjeuner. C’est à pieds que la plupart est retournés aux télécabines. Au retour un arrêt à Kastelruth permis de découvrir la ville des Kastelruther Spatzen.

Samedi 15, était organisé la visite du château ‘’TRAUTTMANSDORF’’ à Merano, château ou séjournait Sisie impératrice d’Autriche et ses 2 filles. Le matin, visite du château-musée du tourisme Tyrolien. Après le déjeuner dans le restaurant du château, c’était au tour de la découverte des 12 hectares du jardin botanique de Trauttmansdorff.

 

Dimanche 16, 28 personnes du groupe sont montées en télécabines puis en téléphérique jusqu’à la Seceda à 2456m. Là-haut une partie a accompagnée Marie-Claire (épouse de Jean-Pierre) pour rejoindre directement en 1h30 le Col Raiser en passant par les fermes auberges, Sofie, Mastle, Daniel. Tandis que les plus courageux ont accompagné Jean-Pierre pour monter au Sommet à 2816m, puis parcourir le sentier d’altitude qui longe les crêtes des Geisler Spitzen 3025m pour rejoindre en 2h30 le Col Raiser à 2107m ou ils ont déjeuner à l’auberge ODLE avec le groupe de Marie-Claire qui les attendait.

Lundi 17, le matin, tous les participants sont allés dans le Val Anna en logeant le ruisseau. Au retour, après le déjeuner à l’auberge Annatal, quelques-uns en ont profité pour patauger dans l’installation ‘’KNEIP’’ d’où l’eau provient directement du ruisseau le Anna Bach.

Je suis un paragraphe. Cliquez ici pour ajouter votre propre texte et me modifier. C'est facile.

Mardi 18, c’est déjà le dernier jour, et ce n’est pas avec joie, que les 42 vont quitter cette magnifique région. Après la pause déjeuner à Flirsch Am Arlberg, le bus monte au col de l’Arlberg 1800m, pour rejoindre le Klostertal. Le retour se fit du côté du lac de Constance, St Gall, Winterthur, puis le long du Rhin par Bad Zürzarch et Bâle. C’est à 20h00 que le voyage se termine à Fortschwihr.

 

Bien cordialement,

Jean-Pierre Schreiber